Politique de prix


Avec les derniers outils logiciels et des frais généraux peu élevés, BERLUKAS peut offrir des prix concurrentiels.

En outre, pour éliminer les risques d'erreurs et offrir un prix garanti avant de commencer tout travail, tous nos prix sont établis pour chaque projet après une analyse détaillée de tous les documents à traduire.

Une fois entendus avec le client, nos prix ne changeront jamais à moins qu'un changement important ne soit demandé par écrit. Utilisez la page Devis de ce site pour nous envoyer votre document et obtenir un devis sans obligations de votre part.

Dix conseils

Le prix à lui seul est un piètre indice d'une bonne affaire en traduction. Il est beaucoup plus sage de considérer les coûts globaux de traduction et de dépenser la bonne somme au bon moment que de se fier uniquement au plus bas prix par mot et de résoudre les problèmes plus tard. Si vous devez composer avec un budget limité, considérez les conseils suivants  :
  1. Le format du document source – Les documents ne nécessitant pas de conversion à MS Word ou de logiciels spécialisés (ex. Tag Editor, AutoCAD, etc.) sont moins coûteux à traduire. Les documents PDF numérisés, par exemple, doivent être convertis avant traduction, ce qui occasionne un travail intensif de correction d'erreurs et de mise en forme pouvant augmenter le prix allant jusqu'à 20%. Nous recommandons donc à nos clients de dénicher la version Word des documents PDF lorsqu'elle est disponible.
  2. Le format du texte source – Les tableaux, graphiques et autres caractéristiques particulières du texte augmentent les coûts d'éditique (mise en page assistée par ordinateur). Les logiciels de traduction sont plus efficaces en présence de paragraphes simples et sans artifices.


  3. Le degré de difficulté, ou technicité – Les texte très techniques sont bien entendus plus dispendieux à traduire que des documents plus généraux ou communs, car ils demandent l'intervention de traducteurs plus expérimentés ou moins accessibles.


  4. La qualité du texte source – Il arrive que des documents soumis pour traduction soient pleins d'erreurs ou tout simplement mal écrits. Il faut commencer par les corriger, parfois même consulter le client ou lui faire approuver les changements. Un texte bien écrit sera toujours moins dispendieux à traduire.


  5. Le sujet à traduire – Un logiciel plein de codes et de symboles peut être facile à traduire, mais le degré d'attention requis et la longueur ou la rareté des "mots" justifient souvent un tarif plus élevé qu'un texte simple, sinon le traducteur pourrait tout aussi bien aller « balayer la rue »... ce serait plus payant!


  6. La longueur du document – Il va de soit qu'un travail de traduction s'étendant sur plusieurs semaines ou même mois est plus attrayant, donc moins dispendieux par mot qu'une demande urgente pour traduire une demie page avec livraison dans deux heures !


  7. La paire de langue impliquée – Les tarifs varient bien entendu d'une langue à l'autre, la loi de l'offre et de la demande jouant ici son rôle comme partout ailleurs.


  8. Le degré de similitude avec des traductions précédentes - Les outils d'analyse de la mémoire de traduction peuvent déterminer rapidement le nombre de segments apparentés à des traductions antérieures. Il peut en résulter des économies de temps et d'argent.


  9. Le nombre de répétitions – Si des segments se répètent dans un même projet, il peut en résulter des économies de temps et d'argent.


  10. Le niveau d'exactitude requis – Si vous n'avez besoin que de saisir «  l'essentiel  » d'un texte, une traduction automatique vous épargnera probablement beaucoup de temps et d'argent. Indiquez-le lors de votre demande d’offre.

Quelques données utiles...
  • Une page de texte normal peut compter en moyenne de 300 à 500 mots
  • Un traducteur peut traduire entre 2000 et 3000 mots par jour
  • MS Word, souvent utilisé pour compter les mots, ne compte pas les mots dans les blocs texte, les images ou les en-têtes et bas de page
  • Les documents PDF en format image doivent d’abord être convertis au format caractère avant décompte des mots et traduction
  • Au moyen de logiciels spécialisés tels qu’AnyCount, on peut compter les mots d’un document PDF en format caractère sans avoir besoin de le convertir.

Haut de la page

 
image
image
image